Élévation de la pensée : le monde spirituel occidental incarné dans l’architecture Art déco

L’art dans le monde occidental s’applique à représenter l’élévation de la pensée. La danse consiste à se hausser sur des pointes et à sauter tel Noureev ou Nijinski vers le ciel. C’est le parti pris architectural des bâtisseurs de cathédrales : construire une ligne verticale, la faire figurer dans le ciel. Dans les années 1920, deux architectes ont ainsi bâti à Vichy une eglise dans cette tradition, tout en utilisant le « béton armé, matériau révolutionnaire » du début du XXème siècle.

image

L’église Saint Blaise, édifice Art déco, à Vichy

Après le thermalisme triomphant, Vichy semblait avoir eu soif de spiritualité. C’était avant que la ville devienne le siège du gouvernement français pendant l’Occupation entre le 10 juillet 1940 et le 20 aout 1944… En 1925, la construction commença sous  l’œil attentif de Jean Liogier et Antoine Chanet qui n’ont voulu ni plan cruciforme ni transepts. L’église n’est par ailleurs pas orientée vers le levant

Comme j’y étais ces jours-ci, j’y découvris l’église Saint Blaise, dont les Nazis n’avaient pas visité les peintures, sans quoi ils les auraient peut-être effacées. En effet…

 

 

image

… le nef  est décorée d’une peinture remarquable dans le plus pur style Art déco, agrémentée de mosaïques qui la font rayonner. Dieu*, présence paternelle, est représenté au sommet, au-dessus de l’arc-en-ciel, et sous Lui l’arche d’Alliance symbolise l’association des cinq livres de la Torah avec le Nouveau Testament. On peut lire deux inscriptions : Synagoga et Ecclesia. Les personnages peints sous ces deux inscriptions sont tous juifs et glorifiés par l’artiste, si l’on excepte les 3 rois de France sur le côté de l’Ecclesia dont Clovis. Sous Synagoga, les Patriarches sont magnifiquement représentés : Moïse avec les Tables de la Loi, Abraham, Isaïe, Ezechiel, Jérémie, Abel, Adam et Eve.  Sous Ecclesia, les autres juifs : Luc (un Juif héllénisé), Matthieu, Marc et Jean etc…

image

La nef de l’église Saint-Blaise a ainsi échappé à la destruction, est-ce par miracle ?

 

*Dieu, « dont toute paternité sur la Terre comme au Ciel tire son nom » ; prière de Paul aux Ephésiens 3.15

Publicités

Mariage traditionnel

Le mariage est selon le Code civil « une communauté d’intérêt ». Selon la loi juive il est une promesse, et un engagement matérialisé par …

image.jpeg

… un document qui sera remis à la fiancée ( la kala).

image

La tradition la plus ancienne se perpétue à travers les chants (tradition orale) et la lecture de certains textes. Reference est faite au Cantique des Cantiques : « l’amour aussi fort que la mort ».

Puis le fiancé passe l’anneau, un anneau d’or lisse, à l’index droit de la kala. La bague est glissée à moitié du doigt. La fiancée lève sa main droite et montre l’anneau à l’assemblée qui est témoin de l’engagement. Rembrandt a peint dans La fiancée juive la main ornée de cette bague passée sur la 2eme phalange.

image

L’anneau est montré à l’assemblée qui est prise à témoin…

Contempler une mer de nuages

La montagne, au Moyen Âge, était le lieu du Diable. Les Romantiques y rêvaient. Nous voici bien plus prosaïques aujourd’hui…

image

… la vallée de la Vanoise

image

… étant investie par les skieurs d’un XXI ème siècle bien éloigné du rêveur solitaire de Caspar Friedrich.

image

image

Ici, nous montons à skis à 2952 mètres, au sommet du Montvallon, dominant Méribel.

 

Madame Butterfly ou l’Occident rêvé

imageimageIl faut se laisser porter par Puccini dans cette interprétation donnée au Théâtre des Champs Elysées à Paris cette saison. Il s’agit de la création qui avait enflammé les Chorégies d’Orange l’été 2016. La jeune fille japonaise de la cérémonie du thé est interprétée par Ermonela Jaho Madama Butterfly (Cio-Cio-San) avec délicatesse. Bryan Hymel Pinkerton joue à merveille le fat américain et l’on écoute Marie-Nicole Lemieux être l’ange gardien Suzuki avec ferveur.

Lors de sa première à la Scala en 1904, l’oeuvre avait été sifflée. On y avait vu une pâle copie de Tosca me semble-t-il… Mais aujourd’hui après un siècle d’histoire mondiale où l’Occident et l’Orient se sont affrontés et mêlés, l’histoire prend un tout autre relief. La légèreté de l’Américain venu en pays conquis dans l’immense pays du Soleil Levant aux traditions admirables s’exprime avec une ironie très juste. La trahison que vit la jeune fille de 15 ans incarne celle ressentie par tout un peuple ayant un sens de l’honneur unique au monde. Sa passion pour l’Occident la conduira au déshonneur, le plus grave qui puisse advenir au Japon.

 

Le génie de l’oeuvre est rendu ici avec finesse, sans céder à une dramaturgie excessive : la fin est toute en retenue. Lorsqu’elle attente à sa vie, tout est suggéré…

 

Comment l’alcool détruit la jeunesse…

Aujourd’hui paraît le livre coécrit avec Amine Benyamina intitulé « Comment l’alcool détruit la jeunesse ».

image

Prenons le taureau par les cornes : la pratique du binge drinking manifeste un malaise dans une société occidentale où la jeunesse se comporte de façon suicidaire. Pourquoi ? Les soirées entre jeunes ne sont que prétexte à se retrouver pour consommer des substances nocives comme les drogues et les alcools forts. Notre livre décrypte cette culture de l’alcoolisation qui détourne la tradition du ‘bien boire’ en France, issue de la culture de Rome. La libation romaine n’avait rien à voir avec ce comportement criminel favorisé par certains lobbies et des politiques privilégiant l’aspect économique d’un marché de l’alcool en progression.

Ces lobbies utilisent les petits producteurs de vin  comme cheval de Troie pour développer ce marché, prenant pour cible les Millennials. Face à cette méthode décrite dans notre livre -les mécanismes y sont analysés de façon rigoureuse, nous disons : « Il n’est pas question de préconiser d’arrêter de boire, en France, pays de la vigne et du vin.  Mais quel seuil est-il acceptable ? Quel risque chacun va-t-il prendre pour sa santé ? Boire de l’alcool, c’est un choix individuel de chacun et un risque car l’alcool est toxique, mais ce risque doit être pris en toute conscience de façon responsable : chacun doit connaître les conséquences du binge drinking et notre ouvrage s’emploie à les décrire ; peut-on accepter une culture de la banalisation de l’alcool quand on sait les impacts qu’ont ces beuveries sur la santé ?

Car le livre développe des éléments scientifiques récents et alarmants. Quelles conséquences précises aura le développement d’une telle pratique à long terme sur la santé de nos jeunes ?