Relancer le processus de paix israélo-palestinien

 

La conférence internationale  que la France promet d’organiser à Paris l’automne prochain s’annonce difficile à mettre en oeuvre pour relancer le processus de paix israélo-palestinien. Il serait fastidieux d’énumérer tous les obstacles. La visite de Manuel Valls dimanche en Israël a mis en exergue le plus irréductible : la réticence de « BB » soutenu par une opinion israélienne en rang serré derrière son Premier ministre. Le discours de Nétanyahou devant Manuel Valls a été clair ce lundi 23 mai : « La paix ne résulte pas de conférences internationales dans le registre des Nations Unies… Elle ne se réalise pas à travers des diktats internationaux ou des regroupements de pays qui cherchent à décider de notre destin et de notre sécurité alors qu’ils n’ont aucun intérêt direct. »

Pourtant, Manuel Valls n’avait pas ménagé sa peine en  multipliant les messages de soutien en direction de l’Eta hébreu, se présentant comme « un ami », enjoignant les pays arabes n’ayant  pas reconnu Israël à le faire, déclarant que la France  » se préoccupe de la sécurité » d’Israël tout en déclarant à la presse palestinienne (Al Ayyam)  que « la colonisation doit cesser ». Complexes, les postures diplomatiques  ont été des plus classiques, trop classiques pour réussir à détourner l’attention des Israéliens de la politique intérieure : le retour de Lieberman au gouvernement comme ministre de la Défense a provoqué des remous, pas seulement chez les progressistes. Son prédécesseur Moïse Yaalon a estimé que « des éléments extrémistes et dangereux ont pris le contrôle du pays ». D’autres alertent dans la presse israélienne  sur le fait que le pays « est contaminé par les germes du fascisme ». Déclarations relayées par un ancien du Mossad…

Dans cette vie politique tourmentée, le Premier ministre israélien l’a martelé : il ne participera pas en l’état à une médiation internationale. Il a d’ailleurs informé Jean-Marc Ayrault de son rejet de l’initiative lors du voyage du ministre français des Affaires étrangères dans la région il y a 8 jours. De son côté, l’Autorité Palestinienne souhaite un dialogue indirect avec une présence internationale…

jerusalem

Prochaine étape annoncée par la France : la première réunion à Paris le 3 juin de cette initiative française.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s