Négociations sur la Syrie : sous l’œil de Moscou, l’entrée de l’Iran dans le ballet diplomatique

Demain à Vienne, l’Iran va s’asseoir pour la première fois aux pourparlers sur le conflit syrien.C’est une première qui mérite d’être soulignée, c’est le résultat du changement de stratégie de la politique américaine (que j’avais évoquée dans mon livre écrit en 2009, où je rapportais la bascule à venir à travers les témoignages des Américains que j’accompagnais dans le West Bank).

A la table des discussions, d’un côté Téhéran et Moscou, de l’autre les Etats Unis, la Turquie et l’Arabie Saoudite. Certes, l’invitation de l’Iran vient à la fois des Russes et des Américains, mais c’est bien Moscou qui dirige les opérations dans lesquelles la France ne peut que jouer un rôle secondaire. Les Etats Unis ont semble-t-il réussi à convaincre Riyad d’accepter  l’Iran -ennemi héréditaire- à la table des négociations. A la lumière des erreurs commises lors de la guerre en Irak, les discussions porteront probablement sur l’avenir de Bachar al-Assad, pour lequel Paris souhaite  « un calendrier précis ».de départ comme annoncé hier mercredi. Ce soir, les discussions au sommet viennent de commencer avec une rencontre entre le secrétaire d’Etat américain John Kerry et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. Mais la France n’assiste pas à ces premiers échanges.

Conséquences de l’intervention russe

Vladimir Poutine a réussi de restaurer le statut de grande puissance de la Russie. Le problème syrien est devenu insoluble sans lui. Les forces terrestres de Damas ont repris confiance sur le terrain. On se demande si la Russie gardera les moyens militaires de ses ambitions syriennes sur le long terme. On ignore si elle a une stratégie de sortie  si l’offensive ne suffit pas à reconquérir les territoires. Y a-t-il le risque d’une inutilité de ces opérations militaires entre le pire (une afghanisation) et le meilleur pour les Russes (le succès militaire.

Quoi qu’il en soit, la percée russe résulte de l’inaction du Président américain, dans une région où les hésitations ont été bénéfiques pour la Russie à nouveau au premier plan de la scène internationale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s