Le monde de l’insécurité

Nous avons appris à ne plus nous étonner de la violence collective en entrant dans le XXIème siècle. Après Auschwitz. Après les 25 millions de Russes morts pendant la 2ème Guerre mondiale. Et puis, après le chaos en Syrie et dans la région, et la progression de la violence ces dernières années en Europe, on ne peut que citer Freud, lequel ne voyait dans notre culture qu’une mince couche, que les forces destructrices du monde en deçà peuvent balayer d’un simple revers.

Apres 1945, la vieille Europe s’était replongée dans l’air du temps de la sécurité, tel qu’on le respirait à Vienne, à Londres, à Paris… avant 1914. A l’époque, cette folle insouciance imprégnait les esprits, on était l’enfant d’un siècle baigné de douceur de vivre. La même insouciance avait enveloppé les Trente glorieuses et jusqu’à ces années dernières où l’on se retrouve au bord d’un précipice au fond duquel sont tombés les auteurs de Charlie.

Rome avait apprivoisé la paix au cours des siècles et nous avait laissé en héritage l’organisation du temps et de l’espace…

image

Rome avait importé la vigne dans le Sud de la France. La vigne y était ainsi et non à la « californienne » comme aujourd’hui, depuis la destruction du vignoble en Europe par le Phylloxera à partir des années 1860

Nous sommes restés pendant 2000 ans sur ce mode d’organisation. Ici, au pied de la Montagne Noire, Rome est là aujourd’hui encore, ayant laissé en héritage la culture de la vigne et la via Domitia.

La Montagne Noire

La Montagne Noire

La vigne au pied de la Montagne Noire…

Les Romains avaient installé non loin de là une colonie, la colonie de Narbo Martius, sous la protection du dieu Mars vers l’an 120 avant Jésus Christ. Ils avaient accosté près du Massif de La Clape, lequel était une île à ce temps, avant que tout soit ensablé alentour par les alluvions de l’Aude, lors des grandes crues de l’époque romaine.

Massif de La Clape, face à la Méditerranée

Massif de La Clape, face à la Méditerranée

AudeL’Aude à Roubia…

Vers 45 avant JC, César installa les vétérans de  sa Xème Légion dans la région, et les chemins qui s’y trouvent aujourd’hui gardent toutes les traces de leur passage. Je les connais par coeur. Celui-ci, en quittant Roubia, conduit au Tourril, aujourd’hui belle bâtisse entourée d’un vignoble d’un seul tenant. Cette terre dotée d’un puits avait été donnée à un centurion de la Xème Légion en récompense de sa bravoure. Ce dernier y avait élevé une villa dont le Tourril est l’héritage.

Le chemin d'Olonzac menant au Tourril

Le chemin d’Olonzac menant au Tourril

IMG_5825

Le Tourril, situé sur l’un des anciens chemins des Légionnaires romains, entre Roubia et Olonzac

chemin2

Le chemin a été goudronné  sur cette petite portion, on y croise quelques tracteurs et des martins-pêcheurs au long bec

Maison de la Montagne Noire

Maison de la Montagne Noire

Cette quiétude est le résultat de 20 siècles ayant conduit à l’élaboration d’un ordre, sur lequel l’Etat s’est appuyé pour permettre à tous de vivre en paix, dans un pays de droit. Mais nous voilà menacés par cet abîme de terreur qui pousse les migrants aujourd’hui vers l’Europe. Nul n’est aveugle. Chacun, attaché à ce monde du fait d’y avoir grandi et d’en avoir goûté la douceur et la bienveillance protectrice, s’inquiète de l’irrésistible progression de ce chaos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s