Journée du souvenir et de la déportation au Struthof ce 26 avril 2015

Le nom lorsqu’il était prononcé faisait frémir les Alsaciens pendant la guerre et après. Struthof était le seul camp de concentration nazi sur le sol français. A cette nuance près que l’Alsace et la Lorraine avaient été annexées par le Reich en 1940. Ce qui fait que le camp -comme ces régions- apparentait au Reich. Struthof a servi de lieu « d’approvisionnement » pour le Dr Auguste Hirt, directeur du département anatomie de l’Université du Reich à Strasbourg ; voir sur mon blog un post précédent : http://samitier.net/2013/04/30/. Hier avait lieu la journée de commémoration instaurée par la loi du 14 avril 1954 baptisée « Journée national du souvenir et de la déportation ». Parmi les villes de France qui rendaient hommage aux déportés hier, une commune des Yvelines … 20150426_113954Le reportage de RTS, la Radio Télévision Suisse

…dont la cérémonie était organisée à 11 heures. S’y trouvait le Rav’ Haïm Harboun Benharboun longuement interviewé par une journaliste de la RTS, la Radio Télévision Suisse. RTS se trouvait là pour Didier Long, lequel -tel Bernard-Henri Lévy- a toujours dans son sillage une nuée de journalistes pour le suivre. La déportation a été commémorée en présence d’une communauté recueillie… 20150426_113052 L’hommage aux déportés dans les camps de concentration et d’extermination est célébré selon les termes de la loi de 1954 « le dernier dimanche d’avril ». Le Président de la République s’est rendu lui à Natzweiler-Struthof où 52 000 prisonniers sont passés pendant la guerre, avant la libération du seul Konzentrationslager sur le sol français le 23 novembre 1944. Les SS avaient reçu l’ordre d’évacuer le camp le 1er septembre 1944. Dans le camp s’entassaient des juifs, mais aussi des prisonniers politiques qui avaient dû coudre un triangle rouge sur leur veste rayée, ainsi que des « droits communs » : tous s’entassaient dans les 17 baraques que comptaient le camp et dont 4 sont encore plantés là derrière les barbelés.

Médecins nazis

Les expérimentations sur les animaux faisaient l’objet d’une réglementation prolifique dans l’Empire depuis le 19è siècle. Une loi sur l’expérimentation animale du 24/11/1933 interdisait la vivisection… alors que les humains devenaient cobayes sous le IIIème Reich.  Au camp de Struthof, des médecins réputés menaient des expériences, dans une salle de dissection et d’autopsie spécialement aménagée. Le Dr Haagen travaillait à un vaccin contre le typhus. Il  injectait le virus aux déportés. Un autre médecin, le Dr Bickenbach menait des essais sur les gaz de guerre. Enfin, le Dr Hirt était en charge d’une vaste étude sur la « spécificité de la race juive » qu' »il entendait prouver, avec les cadavres de Struthof. Aujourd’hui, le camp est un sanctuaire où se rendent chaque année 180 000 visiteurs.

Les derniers témoins 

Parmi les derniers survivants du camp de Struthof, Henri Mosson âgé de 91 ans a expliqué aux journalistes qu’il n’a cessé de donner des conférences en Europe : comme Paul Niedermann (voir mon post sur Izieu), rescapé des enfants d’Izieu et conférencier dans les lycées allemands, il sillonne l’Allemagne  pour témoigner. Son témoignage est repris dans la presse : « Les Allemands demandent si je leur en veux. J’en veux seulement au peuple de l’époque de s’être écarté des élites et intellectuels allemands pour écouter un caporal autrichien. La seule excuse qu’ils avancent est qu’ils étaient malheureux et n’avaient rien à manger ». Des « excuses » et non l’évocation d’une demande de pardon.  L’homme, originaire de Dijon, a été membre d’un groupe de résistance qui a été dénoncé d’où son arrestation puis son incarcération au Struthof le 25 novembre 1943.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s