Hommage à André Samitier, rugby et démocratie…

Ce samedi 20 septembre, Gargenville a rendu hommage à celui qui fut son maire pendant 35 ans. La commune a baptisé une rue de son nom. Mon père éprouva une affection inconditionnelle pour cette ville de 6000 habitants et elle le lui rend bien.

ruesamitier1

C’est à l’occasion du 10ème anniversaire de sa mort que les Gargenvillois ont organisé ce jubilé, et c’est ainsi que j’ai passé cette journée avec ceux qu’il aimait et qu’il a servis pendant tant d’années. Sous le soleil éclatant de ce samedi d’été finissant, les portes du passé se sont entrouvertes, laissant le flot de souvenirs nous transporter. N’est-ce pas ainsi que Benjamin Constant décrivait le passé heureux ? Certains versaient des larmes, d’autres riaient des anecdotes qui nous lient.

homagestade1

Les moments heureux sont toujours bercés d’une lumière particulière où le temps n’a pas de prise et ce fut le cas ce matin-là. Le maire a rappelé l’histoire de mon père arrivé très jeune ici, à l’aube des années soixante. Jean Lemaire (élu depuis la dernière mandature) avait été son élève. « Un maître très sévère, il fallait essuyer ses corrections puis celles des parents à la maison…Mais un maître auquel je me réfère même si j’ai été son opposant et que nous avons échangé quelques passes d’armes … »

debouthommage2

La marseillaise chantée debout

J’ai improvisé un discours pour partager les souvenirs et rendre grâce au sens de l’événement. Qu’importent les passes d’armes du passé, il faut construire l’avenir, protéger la ville, et vivre ensemble.

Il m’a semblé devoir dire : « Quelles sont nos valeurs ? Les voici : celles d’une République qui nous rend libres et garantit nos droits, celles qui offrent à nos enfants des moments de partage d’humanité sur un stade de rugby »…

discoursmps

discoursmps1

Un moment du discours… Marie-Pierre Samitier

IMG-20140920-01199

La fanfare de Gargenville

discoursmps2

enfantsrugby

Rugby des poussins au stade André Samitier

Il semble qu’on peut faire de la politique autrement que ce à quoi nous assistons ces derniers mois. Un instant nous avons retrouvé le sens de la démocratie . Mon père m’en avait fait goûter le sel. C’est lui qui m’a fait aimer la théorie politique, qui m’a donné le goût de lire les penseurs de la démocratie et du totalitarisme, tels Adorno, Horkheimer et Habermas et bien sûr Arendt. Leur leçon : ne pas penser comme les autres mais apprendre à penser par soi-même… ai-je expliqué dans mon discours, c’est cet héritage que j’ai reçu. Étaient réunis là tous ceux avec lesquels il aimait être. Et en premier lieu sa fanfare chérie qu’il trouvait essentielle pour servir les rites républicains du 8 mai et du 11 novembre sans oublier l’incontournable jour de l’An. Jour qui nous valait à 5 heures le matin la sérénade suivie à l’intérieur de la maison de la tournée du maire avec l’eau de vie du grand-père qui valait bien celle des tontons flingueurs.

Comment ne pas remercier la fanfare de Gargenville si exceptionnelle et sans laquelle il n’est pas de solennité, comment ne par remercier le club de rugby, qu’il a créé, lui qui jouait trois-quart aile droit (mon grand-père Lucien Samitier était pilier), comment ne pas rappeler l’épopée créatrice dans la mouvance gaullienne des Maisons des Jeunes et de la Culture si chères à André Malraux et qui fleurissaient en France dans les années 1970 ? André Samitier avait créé la MJC avec un groupe d’hommes remarquables : messieurs Carollo, Lang, Ducerf, Fellous (Gérard Fellous que j’ai retrouvé au B’nai Brit du 16ème arrondissement de Paris voici 4 ans, alors que j’étais invitée pour la signature de mob livre « Au pied du mur », Bourin éditeur, Paris, 2010) etc…Puis sont nés les grands projets avec les noms les plus fidèles : Daoudal, Nicollet, Charpentier…

Un match de rugby avait lieu l’après-midi sur le stade qui porte son nom, sous l’oeil  averti d’Armand Périé, Président du comité départemental de Rugby des Yvelines…

staderugby

Et puis j’ai retrouvé les yeux, le regard, la rigueur de celle qui fut mon institutrice lorsque j’étais enfant, pendant quatre ans. Elle m’a tout appris : lire, écrire, comprendre. Comment lui dire merci ?

institutrice

Mme Delaye, notre institutrice.

institutrice1

Publicités

Une réflexion au sujet de « Hommage à André Samitier, rugby et démocratie… »

  1. Marie Pierre, Très bel hommage, j’aurais aimé pouvoir être présent, mais prévenu la veille, j’ai été retenu par d’autres obligations. A plus. Je t’embrasse. Jean Marc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s