Corse. Beauté et mystère en Méditerranée

imageGolfe de Portivecchju (Porto Vecchio)

Une légende a donné naissance à une étrange coutume dans ce port de l’île… la nuit du 31 juillet au 1er août, la ville de Portivecchju met à mort l’abominable « homme des lièges » qui représente le mois de juillet, « bouc-émissaire » personnifié sous le nom de « Luddareddu » (= petit juillet). Il s’agit d’un mannequin de paille et de liège vêtu de velours. Les habitants le promènent dans les rues, le couvrant de sarcasmes. Après un procès de pure forme, il est pendu à minuit puis livré aux flammes du bûcher, sur la place du l’église aux cris carnavalesques de  » O Luddareddu chi ti ni vai !  » (petit juillet, hélas ! tu t’en vas !).

La tradition daterait de fort longtemps, peut-être de la Vintimiglia la Nuova qui vit s’installer là au début du 16 ème siècle quelques 167 familles venues par bateau de Gênes. Ces dernières auraient été originaires d’Espagne, chassées par le décret de l’Alhambra lors des expulsions des Juifs. La coïncidence des dates est surprenante, l’édit d’expulsion prenant effet le 31 mars 1492 et ayant instauré comme date limite d’application du texte le 31 juillet 1492 : jour où l’on brûle le Luddareddu. Ce dernier aurait-il un rapport avec le bouc-émissaire de Yom Kippour qui porte les péchés de la nation dans l’attente d’une rémission des fautes commises ?

image

Le golfe de Portivecchju vu de L’Hospedale

imageL’eau plus belle que partout ailleurs enMéditerranée … 

image

Le four à pain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s