Judenhass, la haine des Juifs en Allemagne rencontre une certaine opposition

On aimerait voir des personnalités françaises agir de la sorte… et peut-être l’attitude de certains Allemands pourrait-elle servir d’exemple pour qu’en France il en soit de même. Voici à ce propos une histoire exemplaire. Le journal Bild publie dans ses colonnes la photo de personnalités allemandes qui disent : « Nie Wieder Judenhass !« , tel le Président Joachim Gauck, des chefs d’entreprise tel le patron de Volkswagen Martin Winterkorn ou des people comme Franziska Knuppe.

Un article publié aujourd’hui, après les manifestations pro-palestiniennes en Allemagne qui ont déchaîné un antisémitisme particulièrement virulent sur une terre dont on espérait qu’elle ne serait plus jamais le lieu de ‘Jundenhass’. Angela Merkel avait condamné mercredi ces débordements, comme autant de « tentatives de porter atteinte à nos valeurs démocratiques ».

En France hier, certains ont sans doute fait semblant de ne pas remarquer les croix gammées taguées en noir  sur la statue de la République, au cours de la manifestation interdite de ce samedi 26 juillet 2014.

photo

Croix gammées à Paris, place de la République, samedi 26 juillet 2014

La distinction entre ‘sionistes’ et ‘juifs’ n’était plus dans les slogans… Une fois encore, tous les juifs d’Europe ne soutiennent pas la politique israélienne menée ces dernières années. En France, de nombreux intellectuels juifs déplorent la politique Israélienne tout en aimant Israël. Dans le livre que j’ai publié en 2010, « Au pied du mur, Paris, Jérusalem, Rammallah » (Ed. François Bourin), j’écris que le statu quo maintenu par le gouvernement israélien met Israël en danger. Un statu quo qui fait perdurer un équilibre au sein de l’Etat hébreu, car la crainte d’une guerre civile en cas de concessions qui seraient faites aux Palestiniens est justifiée. Le pays est une véritable poudrière. Mais cette situation  ne peut conduire qu’à la guerre, chacun fourbit ses armes, les uns dans les tunnels de Gaza, les autres avec Tsahal.

DSCN0722

Dans la librairie Le Divan à Paris, une pile de livres … Au pied du mur, Paris, Jérusalem, Ramallah

Dans mon livre, bien avant les événements actuels à Gaza, je soulignais que ce statu quo  peut conduire à une libanisation du conflit, dans l’exacerbation d’un quotidien qui ne cesse de devenir de plus en plus pesant. J’y décris les correspondances qui existent entre ce conflit et la Guerre d’Algérie… Alors que la communauté internationale s’est fondue dans la pensée unique d’un « conflit impossible à résoudre », elle s’est dans le même temps indignée à juste titre des tunnels de Gaza et des mines découvertes dans les chambres d’enfants gazaouis (ce que Tsahal communique ce dimanche 27 juillet 2014) et résignée à accepter que les accords d’Oslo soient systématiquement violés. Je rappelle dans « Au pied du mur » que ces accords font de Gaza et de la Cisjordanie une seule et même entité juridique. Or il est quasi impossible aux habitants de Gaza de se rendre en Cisjordanie, de même qu’il leur est impossible de rallier la bande de terre large de 500 m à 1 km à la limite de la frontière israélienne, où se trouvent leurs terre agricoles. Quant au Hamas qui tient Gaza et qui viole le cessez-le-feu en important les missiles iraniens dans les tunnels de Rafah, il est dans une logique de bras de fer avec Israël. Pour relancer le processus de paix, seules des négociations à égalité peuvent entamer cette logique attelée à un cercle vicieux et sans terme. Je rappelle dans mon livre qu’au moment de la guerre d’Algérie, ce refus de traiter l’adversaire sur un pied d’égalité a conduit au chaos.

Face à l’opération « Bordure de protection »

Les négociations qui ont eu lieu à Paris ce samedi 26 juillet avec le chef de la diplomatie française Laurent Fabius ont été engagées pour tenter de trouver un compromis durable de trêve à Gaza. Les ministres des principales diplomaties européennes qui étaient réunis ont émis la possibilité pour l’UE de faciliter la réouverture des points de passage menant à la bande de Gaza, une surveillance de ces points se faisant avec un déploiement d’observateurs européens (en accord avec Israël). Une présence européenne avait été maintenue 2 ans en 2005 au passage de Rafah… La nouvelle donne en Egypte, l’implication du Qatar et de la Turquie, pourraient jouer en faveur d’un nouveau tour de table diplomatique avec un retour prochain de John Kerry dans la région.

DCIM100MEDIA

Faciliter les points de passage… 

Retour en France… les manifestations pro-palestiniennes ces derniers jours ont donné lieu à des débordements qui n’auraient jamais dû avoir lieu, les tenants de l’antiracisme appelant à la destruction du « monstre sioniste » mais omettant de condamner l’amalgame entre sionistes et juifs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s