Election du Grand Rabbin de France : les origines de Haïm Korsia sont en Algérie

J’ai rencontré Haïm Korsia la première fois en mai 2010 à l’occasion de la publication de mon livre « Au pied du mur/Paris, Jérusalem, Ramallah » (éd. François Bourin, aujourd’hui groupe éditions Galilée, du Bord de l’eau…). Nous avions participé à une table ronde à Saumur avec le Père de la Morandais sur le conflit israélo-palestinien. L’homme n’a rien d’un grand bourgeois, et il porte l’héritage d’une histoire (il est né à Lyon en 1963), celle du départ des Français d’Algérie qui ont conservé un goût particulier pour la politique. Ses origines sont en Oranie m’avait-il confié. Une mère de Tlemcen, haut lieu spirituel non loin de la frontière marocaine, et un père Oranais. Les communautés tunisiennes et marocaines ont maintenu une tradition religieuse très ancrée dans l’intimité de la famille. Les Juifs d’Algérie placent le sacré non dans le rituel religieux mais dans le politique. Des personnalités comme Jean Daniel, Jacques Derrida, Raphaël Dray, Benjamin Stora expriment parfaitement ce que je veux dire. Haïm Korsia m’avait répondu d’emblée quand je l’avais questionné sur sa provenance, justifiant ainsi son parcours politique et religieux à la fois. Cette origine particulière explique que l’homme sait murmurer à l’oreille des banlieues.

Ami fidèle

Haïm Korsia n’est pas seulement un animal politique. Il est fidèle en amitié. Un jour de Shabbat que nous étions chez lui il y a deux ans, nous l’avons vu accueillir Chirac, déjà fortement diminué après son AVC. L’aumônier des Armées (proche de Daniel Hervouët, contrôleur général des armées qu’il m’avait présenté) a toujours gardé pour Chirac, parrain d’un de ses enfants, une amitié et une affection sincère. C’est à l’aune de sa fidélité en amitié qu’on reconnaît la valeur d’un homme.

Victoire d’un outsider

C’est à la surprise générale qu’il a devancé Olivier Kaufmann, directeur de l’école rabbinique, par 131 voix contre 97. L’assemblée du Consistoire est composée de rabbins et surtout de laïcs représentant les communautés locales et régionales. C’est un judaïsme orthodoxe moderne qui l’emporte à travers lui. Korsia est un homme ouvert, attentif à la place des femmes dans la société et partisan de la mixité. Loin des écueils de l’obscurantisme. Cette élection intervient quatorze mois après la démission du grand rabbin Gilles Bernheim, accusé de plagiats et de s’être inventé une agrégation de philosophie. Et un mois après le scandale du racket au guet au Beth din…

MPS

Post scriptum : enfants d’Algérie…

Cette particularité des enfants d’Algérie -ce sens du politique- conduit à un échange constant sur la question des valeurs. Ainsi, n’est-il pas hasardeux que l’émission « les enfants d’Abraham » ait rassemblé trois hommes dont le dénominateur commun est l’Algérie : Korsia, dont la famille est originaire d’Algérie, le père de la Morandais qui fut officier pendant la guerre d’Algérie et Malek Chebel né à Skikda à l’Est d’Alger.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s