L’Allemagne nazie et les enfants d’Izieu

J’ai fait le plus beau des voyages en train cette semaine. Parce que j’étais accompagnée de Samuel Pintel et nous nous rendions à Izieu et j’écoutais son témoignage poignant qui effaçait tout le reste. Le 6 avril 1944, les soldats de la Wehrmacht (? ou de la Waffen SS ?) ont raflé les 45 enfants  qui étaient là, dans ce village situé à une centaine de kilomètres de la frontière suisse. Samuel Pintel avait 6 ans et demi lorsqu’il est arrivé à la colonie d’Izieu. C’était le 18 novembre 1943. Il est l’un des derniers témoins de l’histoire de ces enfants que la Gestapo, sous le commandement de Klaus Barbie, est venue chercher avec des soldats allemands dans cet endroit du bout du monde. Au moment de la rafle, un adulte, Léon Reifman, a réussi à s’échapper. Et un enfant, le seul qui n’était pas juif, René-Michel Wucher a été libéré lors d’un arrêt des camions à Brégnier-Cordon, village en contrebas d’Izieu. C’est sa tante qui est intervenue auprès d’un des responsables du groupe de soldats pour qu’il descende du camion, lequel est reparti avec 44 enfants..

Les 44 enfants seront tous déportés, 34 d’entre eux arriveront à Auschwitz le 13 avril 44 et prendront la direction des crématoires aussitôt la descente du convoi. Samuel Pintel n’était pas là ce 6 avril au petit matin quand les soldats allemands ont fait irruption dans le réfectoire où les enfants prenaient leur petit déjeuner, quand les soldats se sont emparés des enfants, puis « les ont jetés comme des sacs dans les camions »… Samuel était reparti fin janvier 44, sa mère l’avait fait chercher. C’est ainsi qu’il fut sauvé de l’extermination des enfants. Il reste fidèle à ceux avec lesquels il a partagé à Izieu ces moments de crainte, de doute, de solitude, ces moments  aussi où chacun croyait qu’il était seul à être juif et où il ne fallait rien en dire. Parce que chaque enfant faisait silence sur cette part d’identité.

« Ma mère m’avait répété :

-Et surtout, tu ne dis pas que tu es juif », car c’était ce qu’elle m’avait donné comme seule consigne avant que nous nous séparions à Annecy… » samuel avec Samuel Pintel

A la gare de Lyon Saint Exupéry, la surprise est grande. C’est un Allemand qui est venu  chercher Samuel Pintel : un garçon de 19 ans, Peter, qui a choisi de faire un service civique volontaire à Izieu, ce qui est la marque d’une prise de conscience très forte. Nous sommes montés dans la voiture de service du Mémorial d’Izieu.

Peter conduisait. Je l’ai interrogé  :

-Vous Peter, pourquoi faites-vous cela ?

-Pour ce qu’il s’est passé en Allemagne.

 

Au mois de novembre 43, Samuel était arrivé caché sous une bâche dans la carriole que Miron Zlatin tirait avec son vélo pour transporter les enfants là-haut. Quand il est entré dans la maison, du haut de ses 6 ans et demi, en culottes courtes « parce que c’était ainsi à l’époque », il a été surpris par le bruit et l’activité impressionnante qui s’y déployait. IzieuLa Maison d’Izieu

Dans la salle de classe, Gabrielle Perrier faisait cours à une classe de 5 niveaux. L’institutrice s’était donnée pour mission d’enseigner pour que ces enfants aient une instruction comme les autres dans la République laïque au service de laquelle elle était.

Classe à Izieu

Émouvant retour de l’homme en cet endroit transformé aujourd’hui en Mémorial. Le 6 avril 2014, le Premier ministre et plusieurs ministres doivent se rendre ici , dans ce lieu situé à huit cents mètre d’un village accroché aux contreforts du Jura, pour la commémoration de la rafle de 44 enfants. C’était il y a 70 ans.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « L’Allemagne nazie et les enfants d’Izieu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s