Nazis, droit : l’évolution de la justice allemande

La mise en examen de Hans Lipschis (93 ans) par la cour de justice de Stuttgart montre une évolution  de la justice allemande. En effet, pendant des décennies, les magistrats outre-Rhin ont refusé de statuer sur le sort d’anciens nazis, par principe, sauf  si leur responsabilité individuelle ou la complicité d’assassinat pouvait être prouvée par des documents ou des témoignages irréfutables. Je précise bien : lorsqu’il a été prouvé qu’ils ont bien contribué à l’ « assassinat » et non qu’ils ont  » exécuté » les crimes hitlériens.

Une offensive judiciaire tardive en Allemagne 

Pendant des décennies, les tribunaux allemands n’ont pas tranché sur le sort des anciens nazis, sauf si leur responsabilité individuelle directe ou une complicité d’assassinat pouvait être prouvée d’après des documents et des témoignages irréfutables. Ce principe, soutenu par la Cour fédérale de justice, a permis aux anciens nazis de vivre sans être inquiétés, les preuves et témoignages ayant été jugés trop légers ou imprécis. Cependant, une décision de justice a fait opérer un virage certes tardif mais significatif : en 2011, la Cour a condamné John Demjanjuk à cinq ans de prison pour complicité dans l’extermination de plus de 28 000 juifs sans preuve d’actes criminels, alléguant que sa qualité de gardien du camp de Sobibor était suffisante pour établir sa responsabilité. Cette condamnation a créé un précédent qui n’est pas soumis aux aléas du temps : les crimes contre l’humanité sont imprescriptibles.Le Centre Simon Wiesenthal, qui traque les derniers anciens nazis encore en vie, place Hans Lipschis en 4e position sur sa liste des criminels les plus recherchés. D’après les informations recueillies par le Centre, il a servi dans un bataillon de SS entre 1941 et 1945, c’est ainsi qu’il « a pris part à des massacres et à la persécution de civils innocents, principalement des Juifs ». C’est l’été dernier que le Centre a lancé ce qu’il a qualifié “d’opération de la dernière chance”. Ses responsables proposent 25 000 euros à toute personne qui identifiera des complices de l’Holocauste. On sait qu’à Auschwitz, plus de 6 000 SS ont été impliqués dans l’extermination de convois de juifs qui étaient conduits directement aux chambres à gaz à leur arrivée.

50 gardiens nonagénaires d’Auschwitz 

« L’arrestation de Lipschis est un premier geste bienvenu vers ce que nous espérons être une large série de mesures prises par les autorités judiciaires allemandes contre le personnel des camps de la mort et ceux qui ont servi au sein des ‘Einsatzgruppen’ (groupes d’éxécution mobiles) qui, ensemble, ont assassiné plus de trois millions de Juifs pendant l’Holocauste », selon Efraïm Zuroff ,du Centre S Wiesenthal. L’Office de Ludwigsburg, qui avait été créé en 1958 pour traquer les anciens criminels nazis, avait annoncé au printemps 2013 avoir l’intention d’entamer une procédure contre 50 gardiens d’Auschwitz vivant encore en Allemagne et âgés de plus de 85 ans. L’instruction des dossiers permettra peut-être de faire la lumière sur le rôle précis de chacun dans le cadre de leur mission de sentinelles. Les dossiers seront transmis ensuite aux parquets du lieu de résidence des mis en cause, chaque juridiction décidant ensuite d’engager des poursuites pénales.

La notion d’obéissance, et celle de responsabilité

Dans Origine du totalitarisme (1951) Arendt démontre le caractère inédit du phénomène totalitaire, révélation d’un mal absolu dont la cause tient dans l’existence de crimes non punissables. Lors du procès d’Eichman, elle insiste sur la responsabilité de l’homme et le fait que l’obéissance aux ordres qu’il invoquait relevait d’un mécanisme de défense. En effet, l’homme avait décidé d’agir dans un système auquel il adhérait, celui qui contribuait à la « Solution finale ».

L’obéissance aux ordres ainsi entendue, dont Arendt met en exergue la singularité en régime totalitaire entraîne une responsabilité personnelle et juridique. Et la comparution devant un tribunal confirme la notion de responsabilité personnelle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s