Etre addict n’est pas une mode : l’addiction est une maladie mortelle

L’émission La tête au carré sur France Inter a traité ce lundi 10 juin des addictions : pourquoi ? Quelle est la spécificité de chaque drogue, que ce soit un produit ou un comportement apparenté ? Pourquoi ne tombe-t-on pas par hasard dans le cannabis ? Ainsi, le cannabis est la drogue des conflits de loyauté. Qu’apporte cette substance au cerveau et à l’âme ? L’émission aborde les questions développées dans mon livre : « Promis, demain j’arrête ! » écrit avec le Pr Amine Benyamina, psychiatre à Paul Brousse, hôpital public situé à Villejuif.

Marie Pierre Samitier

Journaliste écrivain, spécialiste de la santé à la rédaction du journal télévisé de France 2

http://www.franceinter.fr/personne-marie-pierre-samitier

L’émission de Mathieu Vidard est en prise avec le réel. Les auditeurs qui téléphonent  posent des questions concrètes. Elles pointent du doigt les difficultés auxquelles nous sommes confrontés véritablement dans le malaise d’ « être dans le monde » que l’addiction manifeste comme symptôme. Ma réflexion, combinée avec le travail scientifique du Pr Amine Benyamina permet d’apporter dans le livre « Promis, demain j’arrête ! » des réponses concrètes aux questions qui nous assaillent. Non, l’addiction n’est pas une mode. C’est une maladie qui peut devenir mortelle. L’alcoolique détruit son corps, le fumeur attente à sa vie lorsqu’il s’agit d’une absorption massive, compulsive et dans la durée. Surtout, le livre explore les raisons profondes qui conduisent à cette destruction : pourquoi ? Pourquoi la multiplication des formes apparentées, les addictions sans   produit ? Est-ce la question de la défaillance de paternité, la non-parole du père, dans ce monde de  » loneliness », selon l’expression-même d’Arendt ? Monde où la solitude à deux ou à plusieurs rend plus intense le sentiment d’être abandonné ? Au-delà de la mélancolie née de l’abandon, la réflexion porte sur une société totalitaire dans la modernité.

DSCN0706

Pr Amine Benyamina et Marie-Pierre Samitier, mai 2013, librairie Le Divan à Paris… et

avec Pr Patrick Martin, neuropharmacologue (hôpital Saint Antoine à Paris)

DSCN0717

DSCN0720

Photo du Pr Patrick MARTIN  Marie-Pierre SAMITIER

DSCN0675

Emmanuelle Friedmann, écrivaine (« Le rêveur des Halles ») et Marie-Pierre Samitier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s