Au-delà d’un tropisme pro-palestinien hérité de la pensée unique

Samedi 24 mars, un colloque organisé à l’Assemblée Nationale à l’initiative d’Arnaud Montebourg du Parti socialiste a permis d’exprimer deux conceptions de la politique étrangère de la France.

D’un côté Régis Debray, qui publie un nouveau livre et de l’autre l’ancien Ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine. Le « trotskiste » Debray, puisqu’il s’est présenté ainsi, a savouré cette joute contre l’ancien chef du Quai d’Orsay, fustigeant la ligne suivie par la diplomatie française, laquelle est imprégnée de la philosophie des néoconservateurs américains. Ces néocons, a-t-il remarqué, ne tiennent pas compte de la revendication des peuples à disposer d’eux-mêmes, afin d’imposer leur vision démocratique. Le débat est resté idéologique – d’ailleurs l’ouvrage de Debray titre sur le « rêve »- omettant délibérément les enjeux pétroliers et autres matières premières qui sont les véritables leviers des champs d’action, outre ce qui pourrait mettre en péril Israël et les Etats-Unis.
Arnaud Montebourg
Arnaud Montebourg entouré de Regis Debray et Hubert Védrine
Petits règlements de compte entre amis
Il n’a été question que de la future stratégie du Quai d’Orsay, si les socialistes conquièrent le pouvoir dans un mois et demi. Tout le monde appréciera que Debray, le vieux briscard du marxisme, un brin mélancolique, pourfende encore le droitdel’hommisme qui a toujours justifié le devoir d’ingérence dont la France s’est faite la première porte-parole depuis les Lumières, devoir personnifié par Védrine.
Les idées mettent toujours plus de temps à mourir que les hommes. Celles de Régis Debray sont héritées d’un trotskisme qui ne compte plus d’adepte dans le monde hormis en France. J’ai donc adoré entendre le beautiful loser du marxisme ressasser sa détestation de la technocratie. Après lui, qui le fera ? Il fait partie des derniers vestiges du XXème siècle, le siècle des idéologies, avant le XXIè, siècle des technologies.

Politique étrangère : un nouveau souffle ?
Hubert Védrine a renvoyé la balle en affichant –crime de lèse-majesté contre la Pensée unique- son adhésion à la pensée de Samuel Huntington. Ce qui a permis d’en finir lors du débat avec l’islamo-gauchisme qui pollue toute pensée stratégique à l’égard du Moyen-Orient. Mon cher Régis, a-t-il dit en substance, mea culpa si cela te choque, mais j’estime aujourd’hui que le « clash des civilisations » est une hypothèse qu’il faut considérer. Il a rappelé avoir opposé cette réalité à Chirac il y a quelques années, lequel lui avait toujours répondu qu’il n’en était rien. Il y a une propension française à nier l’évidence. Toutefois, il est appréciable qu’un débat d’idées ait lieu, qui permettra d’impulser une réflexion.

Pensée Gaullo-mitterrandienne
Avec la finesse qui le caractérise, Hubert Védrine a rappelé que la diplomatie française n’a connu aucune véritable rupture depuis l’avènement de la 5è République. Une diplomatie Gaullo-mitterrandienne, qui condamne les néocons américains, mais qui prône l’alignement sur les Etats-Unis. Toutefois, en dehors de cette ligne générale, il n’est pas de véritable consensus qui se dégage.

Le conflit israélo-palestinien comme incarnation de la difficulté de la France à avoir une véritable politique étrangère
Védrine n’a pas incriminé le tropisme pro palestinien du Quai d’Orsay dénoncé par certains. Ni le soutien de la France à Israël dont Netanyahou incarne la radicalisation. Il a insisté sur  la difficulté de la France à participer au règlement du conflit israélo-palestinien alors que des voix discordantes s’élèvent en France à ce propos.
Mais il a habilement rappelé la difficulté qu’il y aurait à tracer les frontières d’un Etat palestinien s’il devait advenir. Les accords d’Oslo ont été régulièrement violés par les Israéliens, chacun sait cela, a-t-il dit, ajoutant qu’en cas de création d’un Etat palestinien les colonies ( settlements )  pourraient être ensuite reprises par les Palestiniens… Un terrain miné sur lequel il ne s’est pas aventuré davantage.

La France en déclin a-t-elle une marge de manœuvre ?
Védrine a raison lorsqu’il dit qu’on fait une politique intérieure à usage extérieur. Mais avec quels moyens peut-on mener une véritable politique étrangère ? Si l’on omet les raisons économiques, il faut rappeler ce que j’écrivais dans « Au pied du mur » publié en 2010 chez Bourin Editeur, à savoir que nos réseaux sont eux-mêmes en perte de vitesse. Sur quoi pourra alors s’appuyer une stratégie qui n’est pas même encore établie ?
En outre, effectivement, aucune idée nouvelle n’émaille cette velléité affichée par Védrine, de trouver des leviers pour rendre à la France un rôle de leader sur la scène internationale, hormis un hold up de l’OTAN. Mais est-ce bien raisonnable ?

A l’heure du zapping et de l’émotion, peut-il y avoir une politique étrangère à long terme ? La France doit-elle justement bâtir une ligne d’action sur la durée, inspirée de Romain Rolland ? Avec quels moyens ?
Après la tuerie lundi 19 mars, jour des Accords d’Evian, perpétrée par Mohammed Merah à Toulouse, qui marque un véritable tournant en France, personne ne pourra nier ce que j’ai écrit dans mon livre « Au pied du mur », à savoir que le conflit israélo-palestinien est aussi le nôtre.

A partir de cette évidence, verra-t-on une nouvelle politique étrangère de la France  émerger ?

Le drame de Toulouse : l’école Ozar Hatorah le 19 mars 2012
Cette politique devra gérer une prise de conscience révélée par la tragédie de Toulouse devant l’école Azor Hatorah, à savoir l’antisémitisme en France qui s’est violemment exprimé lundi.
Une semaine après le drame, le deuil de cette tragédie est bien celui de la République et non seulement celui de la communauté juive. Une République qui a le devoir de protéger les citoyens du terrorisme à l’intérieur de son territoire.

MPS

PS : pendant les exposés il n’a pas été question de l’intervention de la France en Libye et en Côte d’Ivoire, et du rééquilibrage des forces en présence dans ces régions du monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s